Bejo, en tant que leader dans la sélection de semences potagères, est constamment à la recherche d’outils pour rester à la pointe de la technologie. C’est dans ce contexte que notre service apicole met à l’honneur dans cet article l’expérimentation de la caméra thermique, notamment en pollinisation.

C’est la fin de la saison apicole 2021 et nous pouvons faire le premier constat que la chaleur et le soleil n’étaient pas vraiment au rendez-vous. Cela a entraîné des conséquences plutôt négatives sur les ressources alimentaires disponibles pour les abeilles et sur les possibilités de conditions optimales pour les vols de fécondation des jeunes reines. Les colonies sont en cours d’hivernage, il est temps d’établir le bilan de la saison.

Nouvelles technologies en apiculture

Le service apiculture Bejo est en perpétuelle recherche de techniques et technologies applicables à son activité et ainsi rendre plus facile et efficace le travail d’apiculteur sans déranger les colonies. L’équipe apicole s’est donc équipée, en fin d’hiver 2021, d’une caméra thermique du modèle FLIR ONE PRO afin d’en expérimenter l’usage au sein du rucher. Ce modèle consiste en un petit boitier que l’on connecte via un port USB à un smartphone.

 

Cette caméra permet donc de visualiser par rayonnement thermique les colonies d’abeilles sans avoir besoin d’ouvrir les ruches et sans perturber ses habitants.

Une première série de prises de vue a été réalisée, en fin d’hiver, par temps frais et couvert. Nous avons pu constater l’efficacité de l’outil comme le montrent les images ci-dessous de 2 colonies de taille bien distincte. L’image 1 révèle un rayonnement thermique plus faible que sur l’image 2 ce qui montre la différence de taille des colonies. La première colonie étant donc plus petite que la seconde qui apparait plus massive et plus intense en luminosité.

Les conditions d’utilisation de cette caméra en hiver sont propices et répondent entièrement aux attentes du service apiculture. D’autres prises de vue en conditions plus ensoleillées témoignent un résultat beaucoup moins probant. Une réflexion du soleil sur la paroi des ruches empêche de visualiser ce qui se passe à l’intérieur. Il faudra probablement ajuster le paramétrage des plages de température de la caméra. Un travail est encore à exploiter pour une meilleure maitrise de l’outil en période chaude et ensoleillée.

Des essais ont également été menés par Stéphanie et Anaëlle du service Expérimentation en production de semences Bejo, au cours de l’été dans le cadre d’une étude fenouil. L’étude intégrait le suivi des colonies durant la période de pollinisation. La technique « POLÉVAL » appliquée dans cette étude, a eu pour but de dénombrer la population d’abeilles présentes dans une ruche à un moment précis. Le nombre d’intercadres couverts d’abeilles est compté grâce à la caméra thermique et la traduction en nombre d’abeilles est faite par le biais d’une équation mathématique.

Avec la caméra thermique, le comptage des intercadres n’est pas encore aussi précis qu’un comptage « traditionnel » mais le service apiculture compte s’améliorer dans l’utilisation de cette nouvelle technologie en la transposant à de nouvelles techniques de comptage.

En mode exploratoire de cet outil, l’équipe apicole a réalisé des prises de vue sur des végétaux qui ont soulevé des questionnements. A notre grand étonnement, certaines plantes au stade de floraison émettent de la chaleur : ce phénomène correspond-t-il à un stade physiologique précis ?

 

Quelles interprétations pouvons-nous apporter ?

Les observations continueront sur 2022 et feront l’objet d’une autre actualité.

A bientôt car l'exploration de la nature ne s'arrête jamais !