Nous vous proposons de découvrir ici un second extrait de la 9ème édition francophone de notre magazine de l’oignon 2020 avec un article prospectif sur "le travail d'assistant sélectionneur en culture d'oignons".

L’assistant sélectionneur Loek van der Burg (24 ans) est chargé avec six autres assistants sélectionneurs du service Opérations de semer, d’entretenir, de récolter et de transformer les oignons chez De Groot en Slot. Un emploi polyvalent, comme il le dit lui-même, surtout à cause du travail qui change au gré des saisons.

Loek van der Burg travaille depuis cinq ans pour De Groot en Slot. Lorsqu’il était étudiant et qu’il préparait son CAP d’horticulteur, il a effectué un stage en troisième année au service Opérations et un autre en quatrième année au service Production. Son diplôme en poche, Loek a été embauché au poste d’assistant sélectionneur chez De Groot en Slot. Il a travaillé pendant un an à temps complet, puis décidé de suivre la formation à temps partiel Horticulture et Agriculture à l’école supérieure d’agriculture Aeres à Dronten. « Je vais à l’école un jour par semaine, et cela depuis deux ans. Je ne trouve pas que cela soit un problème insurmontable de suivre mes études à côté de mon travail. Je suis content d’avoir fait ce choix. »

La saison démarre au printemps

Loek travaille aussi bien au champ qu’au dépôt et à la caisse. Un assistant sélectionneur effectue les tâches d’exécution pour le service Amélioration génétique. La saison d’un assistant sélectionneur commence dès les mois de mars et d’avril avec les semis d’oignons et d’échalotes dans les champs d’essai, de démonstration et de sélection. On y repique également les bulbilles d’oignon et l’ail. Loek explique: « Nous travaillons dans toute l’Europe. Nous commençons en Espagne et en Italie et remontons ensuite lentement vers le nord. La pousse des oignons est dépendante de la longueur du jour, la plante est cultivée dans des zones où la longueur des jours est différente, afin d’obtenir une bonne base de comparaison. Nous avons également plusieurs champs d’essai aux Pays-Bas, où les mêmes semences ont été semées. Nous regardons notamment quelles sont les variétés d’oignon qui poussent le mieux sur quels types de sol. »

Les sélectionneurs de Bejo/De Groot en Slot déterminent les variétés qui seront semées et établissent un plan. Munis de ces plans, les assistants sélectionneurs se mettent au travail dans les champs d’essai des différents producteurs. Les semences sont préparées chez Bejo. « Nous avons notre propre semoir qui voyage dans toute l’Europe », explique Loek van der Burg. « En principe, les producteurs entretiennent les champs eux-mêmes, mais ils restent en contact avec des agents de culture de Bejo/De Groot en Slot. Les assistants sélectionneurs et sélectionneurs viennent de temps en temps pour effectuer des opérations de vérification. Les producteurs veillent eux-mêmes à la récolte des oignons. C’est un travail de précision, car les oignons doivent rester séparés de tous les autres lots. »

Champs de sélection

L’assistant sélectionneur explique qu’outre les champs d’essai, il existe aussi des champs de sélection. Il s’agit de vastes champs dans lesquels il est procédé à des sélections pour la production de semences. « On commence par semer une variété dans un champ d’essai pour voir si les oignons répondent aux critères souhaités. Il s’agit ici de variétés hybrides, de lignées parentales et de nouvelle génétique. Les sélectionneurs veulent voir notamment dans les champs d’essai comment les variétés se développent et si elles s’améliorent par rapport aux variétés existantes. Lorsque les sélectionneurs veulent avoir des lots d’oignons plus importants pour la production de semences, nous semons les semences dans les champs de sélection. Nous passons également ces champs en revue. »

La récolte dans les champs d’essai et de sélection se fait de juillet à septembre. L’interview avec Loek van der Burg a lieu en août ; il explique que les oignons en provenance de toute l’Europe commencent à arriver petit à petit, et montre dans le dépôt de De Groot en Slot un lot d’oignons venant de Bologne en Italie. « À l’automne, nous commençons par la mise en œuvre et la sélection des échantillons et des lots de sélection », explique Loek. « Les assistants sélectionneurs se chargent de la sélection grossière à la trieuse, les sélectionneurs opèrent ensuite une sélection plus spécifique. Les oignons restant après ces étapes de sélection sont plantés en serre. Des semences sont produites à partir de ce matériau. Ces semences sont utilisées à des fins commerciales ou pour la production d’oignons-mères qui seront utilisés pour la production de semences plus importante en Espagne et en France. Les oignons restants sont éliminés. » Les oignons sont plantés en serre entre les mois d’octobre-novembre et février. Pendant une visite des serres, Loek van der Burg montre qu’il existe des sections de 230 et de 690 m². Il explique qu’avant de planter les oignons, le sol est préparé à l’aide d’un combiné de préparation. On tire ensuite des lignes pour repérer la distance de plantation appropriée. Après la plantation, des rubans d’irrigation goutte à goutte sont posés pour pouvoir arroser et nourrir les cultures. Lorsque les oignons lèvent, des piquets sont mis en place et des filets et des cordes sont tendus pour accompagner la plante pendant la période de production.

Durant le contrôle de la floraison, les lignes mâles et femelles sont sélectionnées et séparées pour garantir la pureté. Les abeilles assurent ensuite la pollinisation qui est suivie par la fécondation et finalement la nouaison. La récolte a lieu en août. Les fleurs fanées contenant la semence sont ensuite coupées et réparties dans des caisses cubiques à paroi en gaze, où elles continuent de sécher.

 

 

 

 

Assistant sélectionneur : Le travail change avec les saisons

Loek Van Der Burg

Un emploi polyvalent

Loek van der Burg fait son travail avec beaucoup de plaisir. Il explique que c’est un emploi polyvalent, car le travail change au gré des saisons. « En hiver, on est occupé à l’intérieur à mettre en œuvre de nombreux échantillons. Cela peut paraître parfois monotone, quand on travaille toute la semaine à la chaîne. Le travail à l’extérieur, tant aux Pays-Bas qu’à l’étranger, est ce que je trouve le plus sympa à cet emploi. En tant qu’assistant sélectionneur, on se rend aussi à l’étranger pour semer et sélectionner les oignons. Mais du fait de mes études, la possibilité de voyager à l’étranger est un peu plus limitée. "

Dans cette optique d'offre d'emplois, Bejo France vous invite à consulter les vidéos témoignages ci-dessous sur nos activités saisonnières en France et contacter notre service Ressources Humaines si vous êtes intéressé d'intégrer nos équipes via l'adresse mail suivante recrutement@bejo.fr

Vidéo 1 Travailler en tant que saisonnier chez Bejo

Vidéo 2 Travailler en tant que saisonnier chez Bejo