Nous vous proposons de découvrir ici un second extrait de la 10ème édition francophone de notre magazine de l’oignon 2021 avec un article prospectif sur "les nouvelles formes d'irrigation comme le goutte-à-goutte et le drainage par sondage".

Dans un climat toujours plus extrême, les nouvelles formes d'irrigation ont le vent en poupe. Quelles sont les possibilités et quels sont les avantages et inconvénients ? Deux producteurs et un conseiller partagent leur expérience de l'irrigation goutte-à-goutte et du drainage par sondage. Ces systèmes fonctionnent mais nécessitent un contrôle précis.

L'irrigation goutte-à-goutte et la culture des oignons

 

L'irrigation goutte-à-goutte peut avoir des effets positifs sur la culture des oignons. Le Magazine de l'oignon s'est entretenu avec André van Spengen, responsable de culttures plein-champ ert chez Netafim, quant aux avantages et inconvénients de l'irrigation goutte-à-goutte sur les oignons.

En règle générale, il existe deux options d'irrigation goutte-à-goutte. La première option constitue à installer les tuyaux de goutte-à-goutte à une profondeur de trois à cinq centimètres dans le sol. Cela peut se faire en même temps que le semis ou juste après. Les tuyaux de goutte-à-goutte sont posés entre deux rangées. Ce système comporte l'avantage de pouvoir être utilisé durant la germination de la semence du fait que la couche supérieure est humide.

L'inconvénient réside dans le fait que les tuyaux doivent être retirés avant l'arrachage des oignons. En effet, durant l'arrachage, les tuyaux de goutte-à-goutte risquent d'être entraînés par les pneus. Le producteur doit être certain que les lames ou couteaux s'enfoncent plus profondément que les tuyaux. Il est également possible d'installer les tuyaux avant, pendant ou après le semis, à une profondeur de dix centimètres environ. Avantage : si nécessaire, l'opération de pose des tuyaux peut être effectuée après le semis. Leur retrait peut se faire après l'arrachage, du fait que les tuyaux de goutte-à-goutte sont enfoncés plus profondément dans le sol que les lames ou couteaux. En revanche, le producteur ne peut utiliser le système avant la germination de la semence. Les tuyaux de goutte-à-goutte sont généralement installés trop profondément pour irriguer de manière homogène la couche supérieure. Cela concerne essentiellement les sols sablonneux.

Les producteurs d'oignons qui utilisent l'irrigation goutte-à-goutte observent un meilleur rendement par rapport à l'arrosage au tuyau, déclare André. Parallèlement, l'irrigation goutte-à-goutte offre la possibilité d'apporter des engrais. Certaines exploitations étudient la question du lessivage des engrais. Il s'avère que la fertigation n'entraîne quasiment aucun lessivage.

L'année dernière, l'entreprise de travaux agricoles et de cultures Cerfontaine B.V., installée à Berg et Terblijft, a réalisé un essai d'irrigation goutte-à-goutte. En 2020, une parcelle de cinq hectares de Red Tide a été entièrement équipée de conduites de goutte-à-goutte pour la première fois. Au total, Cerfontaine a cultivé cette année-là près de 31 hectares d'oignons de semis.

L'année dernière, l'entreprise a mené une première expérimentation avec l'irrigation goutte-à-goutte. La parcelle abritait trois zones : sans irrigation, avec canon d'arrosage et avec irrigation goutte-à-goutte. Le goutte-à-goutte a été installé manuellement dans les lits, au-dessus du sol. La zone arrosée a produit près de 13 pour cent de rendement de plus que la zone non irriguée ; la zone irriguée par goutte-à-goutte a produit près de 20 pour cent de rendement de plus que la zone non irriguée.

Le seul inconvénient observé a été une forte tempête qui a éparpillé les tuyaux dans tout le champ. Cerfontaine réfléchit à une meilleure solution pour éviter que cela ne se reproduise. En 2020, le semoir a été adapté pour poser les tuyaux en même temps que la mise en terre des semences. Les tuyaux sont enterrés à 10-15 cm de profondeur dans les sols de lœss. Sur les autres sols, les tuyaux doivent être installés à différentes profondeurs, en fonction de la dureté du sol et de la capillarité du type de sol.

La parcelle a été semée le 16 avril, dans de bonnes conditions. Cependant, une croûte s'est formée, de sorte qu'il a fallu arroser avec un tuyau (10 mm d'eau) le 12 mai pour casser cette croûte. En-dehors de cet arrosage, la parcelle a été irriguée à cinq reprises à l'aide du goutte-à-goutte, soit un total de 89 millimètres dont 25 millimètres en une fois durant la semaine la plus chaude d'août. Les autres moments d'irrigation représentaient 5 millimètres environ. Un tuyau arrosait deux rangées, soit la configuration optimale. Le principal avantage de cette méthode est la tranquillité d'esprit qu'elle offre par rapport à l'arrosage conventionnel, révèle Pascal Cerfontaine. « Il suffit de mettre le système en marche. Plus besoin de déplacer le tuyau en plein milieu de la nuit. Vous n'avez plus à vous soucier de l'évaporation de l'eau du fait qu'elle est apportée précisément là où il faut. Cela permet une utilisation plus efficace de l'eau. Dernière chose, et pas des moindres, le rendement est meilleur et la culture et le tri en fonction de la taille sont plus uniformes. »

Les tuyaux d'irrigation goutte-à-goutte utilisés par Cerfontaine sont à usage unique. « Vous n'avez pas besoin de les enrouler à nouveau sur les rouleaux » , explique Pascal Cerfontaine. Dans un premier temps, les oignons sont arrachés et chargés, puis les tuyaux sont retirés. « Cette expérience était passionnante pour nous du fait que c'était la première fois pour nous. À l'avenir, nous aimerions utiliser des tuyaux biodégradables mais nous ne sommes pas encore parvenus à en trouver. »

Le drainage par sondage : une meilleure gestion de l'eau et des nutriments.

 

L'exploitation agricole de la société Strien van Loon à Nieuwe Tonge est dirigée par Herman, le père, et Anko, le fils. Anko a introduit le système de drainage par sondage dans l'entreprise. Sa décision a été motivée par des conditions toujours plus extrêmes : pluies extrêmes et périodes de grande sécheresse.

Dans les périodes de fortes précipitations, le drainage sert d'évacuation, explique Anko. « Mais le drainage par sondage nous permet également de retenir et d'acheminer l'eau. En revanche, la disponibilité d'une eau de bonne qualité est une condition sine qua non. »

Les tuyaux de drainage sont raccordés à leur extrémité à une conduite de collecte et bouchés du côté du fossé. La conduite de collecte permet d'évacuer ou d'acheminer l'eau. Elle est régulée par un puits qui doit être drainé. Le système est relié à des panneaux solaires qui alimentent la pompe et les autres appareils. Anko peut commander le drainage du puits depuis son Smartphone ou son ordinateur portable. Les principaux avantages résident dans la meilleure gestion de l'eau et des nutriments, ce qui augmente le rendement.

Ce système est installé dans la parcelle d'oignons d'Anko. Le producteur précise que cela n'a pas toujours été facile : vous devez apprendre à travailler avec le drainage par sondage, explique le Hollandais méridional. « Le début de la saison a été exceptionnel, avec un bon rendement. Par la suite, la culture s'est bien développée. Mais elle a fini par stagner et des plants sont morts. »

Anko pense que le niveau était trop haut, ce qui a entraîné un manque d'oxygène et la mort des racines. Malgré cela, le rendement produit était relativement bon, sans avoir à recourir à un arrosage par tuyau après la pré-émergence. « Nous allons poursuivre l'expérience la saison prochaine car le système fonctionne bien. Mais il faudra optimiser le contrôle précis du système », conclut-il.