De plus en plus de producteurs optent pour des semences prégermées. Cet article du Magazine de l'oignon 2018 en répertorie tous les avantages.

Le principal avantage des semences prégermées réside dans le fait qu’elles ont déjà subi une prégermination. Au moment du semis, elles sont fin prêtes. Dès que les semences se retrouvent dans la terre humide, elles se mettent à pousser de façon uniforme. Cela a pour avantage, surtout dans un climat changeant, que les oignons de semis ont souvent déjà émergé avant la formation de la croûte.

La pré-émergence uniforme comporte également des avantages majeurs sur le plan technique. Ainsi, vous pouvez déterminer plus aisément à quel moment vous devez pulvériser l’herbicide et, plus tard dans la saison, un produit antirejet. Par la suite, les plantules pousseront toutes en même temps contre une éventu-elle croûte. Cette petite croûte devient ainsi un obstacle plus facile à franchir. Au final, le semis de semences prégermées résulte en une maturité et un produit final plus uniformes.

Autre avantage : vous pouvez semer jusqu’à 10 % de moins. Cela dépend de l’objectif de culture et du moment de semis. Beaucoup de producteurs qui sèment tôt optent pour des semences prégermées. Dans ce cas, ils choisissent généralement de semer le même nombre d’unités par hectare qu’avec des semences non prégermées. Dans les autres cas, vous pouvez réduire la densité de semis jusqu’à 10 %. Par conséquent, le surcoût final de l’utilisation de semences prégermées se limite à quelques centimes.

Printemps 2017

La part des semences prégermées augmente. Ce printemps, qui était froid et sec, vient expliquer ce phénomène. La différence observée entre les semences prégermées et non prégermées était évidente. Les parcelles avec des semences prégermées, dans lesquelles les semences ont en outre été correctement semées dans la terre humide, présentaient une pré-émergence homogène. La croissance des fanes était considérablement meilleure et plus rapide qu’avec une semence non prégermée. En bref : les semences prégermées offrent plus de garanties au producteur.

Kees van Dalen produit Hybing prégermé

« Je sème depuis plusieurs années Hybing prégermé. Et ce en raison de la pré-émergence égale, de la précocité et de l’exécution bien plus facile de mon désherbage. Cette année, nous avons semé le 28 mars, avec 3,6 unités. Le 4 avril, j’ai encore brûlé la parcelle et le 7 avril, tous les plants étaient sortis de terre. Il est agréable de voir une pré-émergence aussi homogène ! Mi-mai, la plupart des plants présentaient déjà un troisième bulbe. Une parcelle magnifique. Par la suite, la parcelle Hybing a été irriguée une seule fois fin juin. Le 10 août, les oignons étaient déjà arrachés, mais en raison des fortes précipitations, nous n’avons pas pu les récolter immédiatement. Cela ne s’est fait que deux semaines plus tard », explique Kees van Dalen. Le rendement net s’élevait finalement à 57 023 kg/ha.

Leo Vogels produit Hybing et Hypark prégermés

La société Vogels du village frison de Firdgum cultive 15 hectares d’oignons de semis sur du sablon. Il s’agit d’un sol léger sensible à l’agglomération, explique Leo Vogels. « Nous devons donc faire en sorte que le sol soit le moins tassé possible. C’est la raison pour laquelle nous optons pour Hybing et, pour échelonner les risques, la variété moyennement précoce Hypark. Ces variétés sont idéales ici, aussi bien en termes de rendement que de conservation. » Depuis deux ans, Leo Vogels produit Hybing et Hypark prégermés : « Le principal avantage de ces variétés est que les plants d’oignon germent beaucoup plus vite. Je trouve qu’ils sont aussi beaucoup plus uniformes. Cela comporte également un avantage lors de la livraison. Je peux même réduire la densité de semis. De plus, les semences germent quasiment toutes en même temps. Ainsi, le stade de bourgeon et de jeunes pousses sont plus homogènes. Un dernier avantage réside dans le fait que nous pouvons lutter contre les mauvaises herbes encore plus tôt. Cela représente indéniablement un plus sur un sol comme le nôtre. »

Les semences prégermées apportent réellement une valeur ajoutée

Néanmoins, les semences prégermées comportent quand même un petit inconvénient, selon le producteur frison : « Elles sont plus chères à l’achat. Après le semis, les semences doivent disposer d’une humidité suffisante pour pouvoir germer. Mais cela ne représente pas un problème sur ce type de sol. Et dans le cas contraire, j’ai la possibilité d’irriguer. Au bout de deux ans, je ne peux tirer qu’une seule conclusion : les semences prégermées nous apportent réellement une valeur ajoutée. Je ne voudrais plus travailler avec d’autres semences. »